librairie indépendante à Poitiers

12/15 rue des Grandes Écoles 05 49 41 64 14
40 ans des Editions Métailié
jeudi 06 juin 18h30

Anne-Marie Métailié fonde sa propre maison d’édition en 1979 avec pour ­devise « Des livres pour vivre passionnément ». Elle y fait découvrir, entre autres, une nouvelle génération d’écrivains de langues espagnole et portugaise, qu’elle accompagne et voit grandir : le Chilien Luis Sepulveda, les Mexicains Enrique Serna et Antonio Sarabia, les ­Cubains Leonardo Padura et Karla Suarez ou de lArgentine Eugenia ­Almeida… Tous ceux, en somme, qui contribuent au second boom de la ­littérature sud-américaine, après la génération de Jorge Luis Borges ou Julio Cortazar, et pour qui la maison d’Anne-Marie Métailié constitue un refuge. Le catalogue comporte aujourd’hui plus de 1 200 titres, signés par 400 auteurs, d’une trentaine de pays.

« Mon aventure est d’abord individuelle. J’étais une jeune femme très agitée, passée par l’enseignement, la sociologie, le journalisme, et ma rencontre avec Jérôme Lindon, des Editions de Minuit, a fait que je me suis dit : « Voilà l’activité dans laquelle je pourrais être moi, entièrement. » J’avais eu l’impression que tout ce que j’avais fait auparavant était de l’escroquerie, le livre était enfin un objet concret, la preuve d’un travail. Ensuite, j’ai essayé de construire un catalogue où je resterais fidèle à ce dont j’ai rêvé, où je n’abandonnerais rien des valeurs qui m’ont construite. Parmi ces valeurs, il y avait celles du militantisme. Si j’ai commencé à publier de la littérature étrangère, en particulier brésilienne, c’est parce que j’étais liée à l’extrême gauche insurgée de ce pays. Ma motivation première, c’était un anti-impérialisme primaire : je voulais faire entendre d’autres imaginaires que celui des Etats-Unis. » Anne-Marie Métailié.

Rencontre avec Pierre Léglise-Costa, directeur de collection, et Danielle Schramm, traductrice.

Lectures des oeuvres de Guiomar de Grammont, Bernardo Carvalho, Santiago Gamboa, Selva Almada.

En collaboration avec Cécile Quintana, directrice du Centre de recherches latino-américaines, et Karina Marques, maître de conférences au département d’études portugaises et brésiliennes à l’Université de Poitiers, accompagnées de leurs étudiants pour les lectures et les intermèdes musicaux.